Activons la machine à remonter le temps à la découverte des dates-clés de l’histoire de la télé. Un sacré programme !

 

 

Le dossier du mois : VOD, OTT, IA… le vocabulaire des nouveaux usages décrypté

Vous souhaitez impressionner vos collègues du bureau tout en boostant votre culture générale ? Cliquez sur « En savoir plus » pour mieux comprendre le vocabulaire lié aux nouveaux usages.
en savoir plus

VOD, OTT, IA… le vocabulaire des nouveaux usages décrypté

STREAMING : ÇA COULE DE SOURCE

Tout comme la télévision ou la radio avec les ondes hertziennes, le streaming permet de diffuser en continu un contenu en ligne. Pas la peine de le posséder physiquement (CD, DVD…) ou de le télécharger au préalable pour le lire. Démocratisé avec l’arrivée du haut débit, le streaming a pourtant plus d’un siècle ! En 1920, le scientifique et militaire George Owen Squier dépose un brevet pour un système de transmission et de distribution de signaux sur des lignes électriques, baptisé Muzak.

Aujourd’hui, le streaming est partout : YouTube, Spotify, Netflix… Et a même une évolution, le live streaming qui permet la diffusion d’une vidéo ou musique en même temps que sa captation. C’est par exemple ce que Samuel Etienne utilise lorsqu’il réalise ses revues de presse en direct sur la plateforme Twitch !

VOD : LA VIDÉO À PORTÉE DE CLIC

De l’anglais Video On Demand pour Vidéo à la demande, la VOD désigne le fait de regarder en streaming ou de télécharger un film ou une série pour le visionner le moment souhaité. Arrivée dans les années 2000, la VOD a plusieurs variantes :

• La SVOD (Subscription Video On Demand) qui comme son nom l’indique, nécessite de s’abonner pour avoir accès à tout un catalogue de vidéos. Sans doute le mode de consommation de films et séries le plus connu aujourd’hui avec les plateformes comme Netflix, Amazon Prime Video, Salto, Disney+…

• La TVOD (Transactional Video On Demand) offre à l’utilisateur la possibilité de louer ou d’acheter une vidéo à l’unité, souvent des films récents ou des contenus exclusifs, plutôt que de souscrire un abonnement. La TVOD existe généralement en complément d’un service de SVOD comme sur Amazon Prime Video par exemple.

• L’AVOD (Advertising Video On Demand) quant à lui, repose sur le même principe que la télévision : après avoir visionné des publicités, le consommateur accède gratuitement à sa vidéo. Les plateformes Rakuten TV, Hulu ou encore YouTube utilisent ce système.

OTT : LE CHEMIN DE TRAVERSE

Souvent mal employé, ce terme signifie Over The Top et qualifie les offres de service par contournement. Autrement dit, cette technologie permet de proposer directement du contenu audio ou vidéo aux consommateurs, sans passer par les acteurs historiques comme les câblo-opérateurs et opérateurs de satellite. Un simple accès à internet classique ou à un réseau de données mobile suffit. Les services les plus connus d’OTT sont les plateformes comme Netflix ou Amazon Prime Video.

REPLAY : PARFAIT POUR LES RETARDATAIRES

Aussi connu sous le nom de télévision de rattrapage ou catch-up TV, le replay désigne un service et un mode de consommation d’émissions de TV en différé et pour une durée souvent limitée. La plupart des grandes chaînes proposent ce service qui permet souvent d’élargir leur audience. Il existe également des sites internet « agrégateurs » qui recensent toutes les émissions disponibles en rattrapage. Plus belle la vie fait par exemple partie des programmes les plus regardés en replay !

PREVIEW : POUR AVOIR UNE LONGUEUR D’AVANCE

Tout comme le replay, cet anglicisme est à la fois un service et un mode de consommation. Son principe ? Pouvoir visionner des films ou séries avant leur diffusion linéaire sur les chaînes TV. Un système d’avant-première qui séduit de plus en plus de spectateurs. D’ailleurs, depuis septembre 2019, France.tv propose aux téléspectateurs impatients de suivre dès 6 h certains programmes comme les feuilletons ou les prime times diffusés le soir-même. Pratique pour celles et ceux qui ne peuvent pas attendre !

CO-WATCHING : C’EST TOUJOURS MEILLEUR À PLUSIEURS

Regarder sa série préférée, c’est bien. Mais pouvoir la regarder avec ses proches c’est encore mieux. Voilà le postulat de départ du co-watching ou co-viewing. Particulièrement tendance lors du confinement, cette fonctionnalité permet de visionner un programme à plusieurs au même moment et sans être dans la même pièce ! Netflix avec Netflix Party, Disney+ avec GroupWatch, Hulu avec Hulu Watch Party… de nombreuses plateformes proposent leur propre service de co-watching. Et même la TV s’y met ! La BBC a ainsi lancé BBC Together il y a quelques mois.

BINGE WATCHING : BOULIMIE EN SÉRIES 

Vous pratiquez sûrement le binge watching sans même le savoir… Il s’agit du fait de regarder des séries en continu sans pouvoir s’arrêter. Ce terme est dérivé de l’expression « binge drinking » qui signifie consommer un maximum d’alcool en un minimum de temps. Démocratisé avec l’arrivée des plateformes comme Netflix qui proposent l’intégralité de séries et lancent même automatiquement l’épisode suivant, le binge watching est devenu un véritable phénomène de société… Jusqu’à l’overdose ? De nombreuses plateformes semblent revenir en arrière avec la diffusion d’un épisode par semaine.

IA : WELCOME TO THE MACHINE

Acronyme d’Intelligence Artificielle, l’IA ou AI en anglais, consiste en un ensemble de techniques permettant aux machines d’imiter une forme d’intelligence réelle.

Aujourd’hui, l’IA est implémentée dans tous les domaines dont la TV. C’est par exemple elle qui guide nos choix de programmes sur les plateformes vidéo avec l’hyper-personnalisation. Elle influence même la production de contenus : Netflix utilise l’IA pour analyser la masse d’informations à sa disposition, repérer les tendances et ainsi optimiser la diffusion de ses films et séries. L’IA permet aussi de créer ! Lors d’un tournoi de Roland Garros, France Télévisions avait par exemple généré automatiquement des résumés des meilleurs moments.

Deux autres notions sont également fortement liées à l’IA. La VR (pour Virtual Reality) tout d’abord, est l’ensemble des dispositifs permettant de s’immerger au sein d’un environnement en 3D, grâce à un casque de réalité virtuelle. La réalité augmentée quant à elle, consiste à superposer une image d’origine numérique (photo ou images animées, infographie, titrage) à une image réelle. Vous ne voyez pas à quoi cela ressemble ? Générique du JT de France 2, éléments dynamiques qui bougent en même temps que les caméras, décors entièrement 3D comme dans l’émission Stade 2… Les exemples sont nombreux chez France Télévisions.

Et voilà, le vocabulaire des nouveaux usages n’a plus de secrets pour vous. Comme ça, la prochaine fois qu’un de vos collègues vous parlera d’OTT ou de preview, plus la peine de changer de sujet !